Vous êtes ici

Vue de la Maison Diamantée


La Maison Diamantée, également appelée "l'Oustau Bigarrado pouncho de diamant", occupe une place privilégiée dans le quartier du Vieux-Port, au cœur de l'ensemble prestigieux des bâtiments de l'Hôtel de Ville.
Construite à la fin du XVIe siècle, elle est l'une des plus anciennes demeures de Marseille, avec l'Hôtel de Cabre.

Elle s'élève à proximité du quai antique, des thermes romains et sur les vestiges de demeures antiques et médiévales. Curiosité esthétique de la Provence moderne, elle doit son nom au décor de bossages en pointes de diamants.

Après avoir été édifiée par de riches commanditaires d'origines espagnole et italienne, la Maison Diamantée fut habitée par de grandes familles, comme celle du Premier Echevin de la Ville Pierre de Saboulin-Bolléna ou les Castellane Majastre.
Sous la Révolution, elle fut morcelée et à la fin du XIXe siècle, elle servit à abriter les travailleurs du port et les immigrés italiens.

Son édification reste cependant incertaine car très ancienne. On considérait, il y a peu de temps, qu'elle avait été édifiée en 1570 par Pierre Gardiolle, marchand d'origine catalane enrichi par le commerce avec le Levant.
Mais des travaux plus récents suggèrent que la façade et l'escalier pourraient dater des années 1593-1620. L'essentiel des constructions serait alors dû au contrôleur d'artillerie Nicolas de Robbio, d'origine piémontaise, ce qui expliquerait l'aspect quasi militaire de cet ensemble un peu froid rappelant la Méditerranée de Philippe II et dont le langage serait celui du maniérisme.

Une légende perpétuée de nos jours par les Marseillais selon la tradition orale la présente comme étant le Palais du « Bon Roi René » d'Anjou, Comte de Provence.

En 1914, elle fut sauvée de la ruine par Marie-Rose Gautier-Gondran et rachetée par l'Association « Art et Charité » qui décide ensuite de la léguer au Comité du Vieux-Marseille. De même, en 1943, elle échappe aux destructions des vieux quartiers décidées par les autorités allemandes.

La Maison Diamantée est aujourd’hui le plus ancien bâtiment du patrimoine communal, classé monument historique depuis le 10 novembre 1925. Elle est de ce fait, aujourd'hui, un des rares symboles de la ville ancienne disparue et des demeures patriciennes du quartier du Corps de Ville voué à la mer et au négoce. Son histoire reflète donc le riche passé d'une cité très tôt ouverte aux grands échanges et aux influences méditerranéennes.

En 1967, le Comité du Vieux Marseille y installera ses collections, puis les cèdera à la Ville de Marseille devenue en 1990 propriétaire définitif du lieu, où sera abrité le Musée du Vieux Marseille.

En 2013, la Maison Diamantée a abrité l'Association Marseille-Provence 2013. Cette mise à disposition par la Ville de Marseille a nécessité d'importants travaux de réaménagements intérieurs.
Les aménagements réalisés par la Ville de Marseille ont porté sur 850 m² environ, remodelés en espaces de bureaux pour 90 postes de travail, en salles de réunions, en locaux techniques, en sanitaires.

La Maison Diamantée est occupée aujourd'hui par des services municipaux (Direction Générale de l'Attractivité et de la Promotion de Marseille).


La Maison Diamantée - Rue de la Prison - 13002 Marseille

 

Réseaux sociaux

 

  Suivez nous sur Facebook !

 

  Live Tweet