Vous êtes ici

Vue de l'Hôtel de Ville et du Vieux-Port

Bien en vue sur la rive sud du Vieux-Port, l’Hôtel de Ville se trouve en plein cœur de la Cité Marseillaise, entre histoire et modernité.
A même distance de la célèbre Canebière et des nouveaux quartiers issus de l’opération de réaménagement urbain Euroméditerranée, il est à deux pas du vieux quartier du Panier, de la Vieille Charité et de plusieurs monuments historiques dont la Maison Diamantée, l’Hôtel de Cabre - la plus ancienne demeure de la ville, l'Hôtel Dieu - désormais transformé en palace hôtel, le musée des Docks Romains mais aussi l’ensemble de la Tourette, ouvrage de l’architecte contemporain Fernand Pouillon.

Classé monument historique le 30 avril 1948, l’Hôtel de Ville de Marseille fut construit de 1653 à 1673 à l’emplacement d’une ancienne "Maison de Ville" où se réunissaient à la fois l’administration communale, les marchands et les armateurs.
Bel exemple d'architecture baroque provençale du XVIIe siècle, il est construit à l'image des palais génois de l'époque. Le premier nom donné à l’hôtel fut lui-même italien : on l’appela la "Loge", parce qu’en Italie "Loggia" sert à désigner la bourse des marchands.

Il se compose de deux corps de bâtiments : le bâtiment d’origine, le Pavillon Puget (sur le port) relié par une arcade au Pavillon Bargemon (côté place) qui, chose originale, abrite l'escalier qui permet de passer du rez-de-chaussée à l'étage du Pavillon Puget…
Cette particularité, d’avoir isolé les deux étages, s’explique par l’utilisation exclusive du rez-de-chaussée à la Loge des marchands, qui devait rester séparée du siège de l’administration municipale, au premier étage…

L’Hôtel de Ville reste l’un des rares édifices à avoir survécu à la destruction du quartier sous l'occupation allemande en 1943.


Projet de petit Hôtel de Ville à Marseille
Dessin aquarellé d'après le dessin original de Pierre Puget.
Atelier du patrimoine de la Ville de Marseille

La construction de l’Hôtel de ville date de 1666, lors d’un grand mouvement de renouveau architectural du territoire urbain de Marseille, selon les plans de Mathieu Portal et Gaspard Puget, frère de Pierre Puget.
L’objectif était de créer une façade d’apparat, tournée vers la mer, afin de mettre en scène l’autorité municipale et de contrebalancer l’architecture forte de l’Arsenal des Galères, représentatif de l’autorité royale, situé sur la rive opposée.
La création de la place de l’Hôtel de Ville par l’élargissement du quai devant le bâtiment et, plus tard, l’alignement des maisons voisines achevèrent de rendre l’ensemble esthétique en plus d’être fonctionnel.
Le bâtiment ne fut effectivement occupé que 20 ans après la pose de la première pierre.
Pendant la Révolution, il fut soupçonné d’être le repère des fédéralistes et échappa de peu à la démolition !
Les fondations sur pilotis se révélèrent très au point techniquement mais la façade et le bâtiment lui-même, construits dans des matériaux économiques et selon des techniques de maçonneries médiocres, imposèrent à plusieurs reprises des travaux de reconstruction et de rénovation de grande ampleur.
En 1836, les toitures d’ardoise « à la Mansart », de couleur grise, furent remplacées par une toiture en asphalte, qui se révéla très fragile. La toiture actuelle de style méridionale en tuiles rondes date de 1844.
Le Pavillon Puget fut baptisé ainsi pour rendre hommage aux deux frères qui ont participé à sa construction.

Vue de l'Hôtel de Ville pendant la peste
Michel Serre - 1720
Musée des Beaux-Arts de Marseille

Au-dessus du balcon, sur la façade méridionale, se trouvait le magnifique médaillon, œuvre de Pierre Puget, décoré aux armes de France. Mis en place en 1674, il avait été sculpté d’une seule pièce de marbre malgré ses dimensions imposantes : 2,15 m de hauteur par 1,65 m de largeur. En 1890, Frétigny, professeur de l’Ecole des Beaux-arts de Marseille, entreprit la restauration de l’écusson sur la demande de la municipalité. En 1913, le sculpteur Stanislas Clastrier le remplaça par un moulage.
Ce moulage n’a pu être conservé au moment de sa dépose en 1968, et fut remplacé par une copie très fidèle à l’original, exécutée par le sculpteur Mérindol.
 

Le médaillon original se trouve actuellement au Musée des Beaux-Arts de Marseille.

Ce médaillon représente en fait une des nombreuses évolutions qu’a connues le blason de la ville de Marseille, au fil des siècles…
Aujourd’hui encore, la ville représente ses armoiries, selon le modèle réalisé en 1883, à la demande du Maire par le conservateur du Cabinet des Monnaies et Médailles Joseph Laugier. Les armes y figurent avec la croix bleue sur fond blanc, avec le taureau et le lion, le trident et le caducée, et la devise de Marseille datant du Moyen Age :

" Actibus immensis urbs fulget Massiliensis "

(La Ville de Marseille resplendit par ses hauts faits)
 

C'est en 1990, à la demande du Conseil de la communication de la Ville que le blason a été remodelé par J. Lafaysse. On l'a simplifié pour une meilleure lisibilité, en faisant disparaître les deux figures animales qui l'alourdissaient. La croix bleue est encore présente, mais l'écu qui la reçoit, devenu triangle, a été inversé pour dynamiser l'ensemble. Sa forme pointée vers le haut se veut un rappel de la colline de Notre-Dame de la Garde.

L’Hôtel de Ville de Marseille date de l’époque Louis XIV, comme en témoigne la présence du buste du "Roi Soleil", entouré de bas et hauts reliefs réalisés par Basso, d'après un modèle de Nicolas Galinier.

Ce buste fut exécuté par Martin Grosfils, sculpteur liégeois, mais fut refait en 1823 par Nicolas Galinier.
On retrouve également un médaillon à son effigie dans le bureau du Maire.

Programme en pdf


Téléchargez le programme en pdf

Réseaux sociaux

 

  Suivez nous sur Facebook !

 

  Live Tweet